Fermer

Pascal Dagnan-Bouveret

Le petit concert

Huile sur toile signée, située et datée "Paris 1883" en bas à droite

115 x 88 cm cm

Pour une demande d'informations, remplissez le formulaire suivant.

* Champs obligatoires

[Fermer]
Le petit concert
Huile sur toile signée, située et datée "paris 1883" en bas à droite
115 x 88 cm

Biographie de Pascal Dagnan-Bouveret

Peintre de sujets mythologiques etd’allégories, de compositions religieuses, de scènes de genre et de portraits, Pascal Dagnan-Bouveret a commencé sa carrière en 1869 dans l’atelier d’Alexandre Cabanel à l’Ecole des Beaux-Arts. Devant interrompre son éducation artistique à cause des évènements historiques de l’époque, la guerre franco prussienne puis la Commune en 1871, il reprend ses études en 1872 dans l’atelier de Gérôme.

Orphelin de mère à six ans, il est élevé par ses grands-parents dans un petit monde bourgeois et sage. Il fait des études classiques à Melun mais dès son enfance, il adore dessiner et très tôt, il décide de consacrer sa vie à la peinture. À 16 ans, il refuse de rejoindre son père, homme d’affaire au Brésil, qui, furieux lui supprimera toute allocation. Il s’installe à Paris et s’inscrit aux Beaux-Arts. Sans argent, il trouve à se loger sous les toits d’une maison rue du Faubourg Poissonnière. C’est là que, par un hasard heureux, il devient le voisin de Jean-Baptiste Corot. Il rend souvent visite au grand peintre paysagiste qui l’accueille avec chaleur et lui donne de nombreux conseils formateurs.

En 1875, il débute au Salon des Artistesavec son «Atalante» (Musée de Melun), un portrait remarqué de l’héroine grecque qui défia ses adversaires masculins dans une course à pied. Ce sujetcorrespond à l’esprit encore combatif de l’époque, et, à la suite de cette présentation, il reçoit des commandes de l’Etat pour décorer des lieux publics comme l’Odéon ou la Sorbonne.

En 1876, il obtient le second Prix de Rome et présente à nouveau deux sujets mythologiques au Salon, «Orphée et les Bacchantes» et «Bacchus enfant adoré». Son œuvre sera couronnée par de nombreux prix et médailles : il obtiendra une troisième médaille en 1878 pour « Manon Lescaut »une première médaille en 1880, une médaille d’honneur 1889, et un Grand Prix à l’Exposition Universelle de 1889. Enfin, il reçoit la Légion d’Honneur en 1900.

Les envois qui suivent les premiers Salons, comme «La noce chez le photographe» (1878-79), maintenant au Musée des beaux-Arts de Lyon, annoncent un peintre de genre de grand talent abandonnant ici l’histoire classique, la Grèce et l’Empire Romain pour des sujets plus modernes.« Ce tableau réaliste, dira-t-il plus tard, ça a été ma petite insurrection. C’était un mouvement d’impatience contre l’Ecole. J’étais sous l’impression des écrivains de ce temps-là : Zola, Daudet, les frères Goncourt. Et puis, j’avais devant les yeux l’exemple de BastienLepage. Il était notre aîné et notre chef de file ». L’influence de Jules Bastien  Lepage, grand ami de l’artiste, donnera à son œuvre un caractère plus poétique. Son style s’élargit et se simplifie à travers des scènes courantes de la vie urbaine ou rurale. Son tableau «L’Accident», (1879, le Walters Art Museum, Baltimore), consécutif à un fait réel vécu par l’artiste en est l’expression.

Le choix du thème et son traitement «narratif» en font une «peinture de la vie moderne»,conforme aux revendications artistiques émergentes et facilement appréciée par un public plus vaste. Dans cette lignée, Dagnan-Bouveretva peindre à Parisdes scènes de rue réalistes, comme «Le charmeur d’oiseaux» (1879, Chrysler Museum of Art) ou «La blanchisseuse» (1880), tableau inspiré par «Nana» le roman de Zola où il se peint aux côtés de son grand ami Gustave Courtois, croisant une jeune femme assise sur un banc et épuisée par le labeur.

Dans les années 1880-90, après son mariage, il va se tourner vers des sujets plus personnels et familiers, portraits de sa femme, de ses amis et de sa famille. Sa carrière connaît un grand succès et ilajoute des sujets religieux à son éventail. En 1886 ilse lance dans une série de peintures sur le thème du «Pardon» breton, une coutume dont la représentation trèsthéâtrale sera reprise par un grand nombre d’artistes voyageant en Bretagne à la fin du 19ème siècle comme Gauguin, Maurice Denis et les Nabis.

À l’Exposition Universelle de 1900, grâce son statut d’artiste reconnu, il a le privilège d’exposer ses œuvres dans une salle à part. Parmi elles, un imposant tableau «La Cène». En 1900 il compte parmi les plus jeunes artistes peintres à être élu à l’Institut de France. Enfin, plus récemment, en 2002, son talent a été redécouvert et célébrélors d’une grande rétrospective de ses œuvres au Musée Dahesh à New York.

Galerie Ary Jan - 32 avenue Marceau, 75008 Paris, France - Tel: +33 (0)1 42 61 42 10 - Mobile: +33 (0)6 07 88 75 84 - contact@galeriearyjan.com - Plan du site