Fermer

Felix Del Marle

Pour une demande d'informations, remplissez le formulaire suivant.

* Champs obligatoires

[Fermer]

Biographie de Felix Del Marle

Felix Del Marle naît en 1889 à Pont-sur-Sambre. Il entre à seize ans à l’École des Beaux-Arts de Valenciennes. Élève brillant, il obtient de nombreux prix pour ses peintures et dessins. A dix-huit ans, l’artiste voyage en Extrême Orient où il séjourne deux ans. Il s’installe ensuite à Bruxelles où il exerce le métier de peintre en bâtiment, tout en continuant sa formation artistique.

A Paris en 1911, Del Marle réalise de nombreux dessins pour des journaux satiriques nés de la mouvance anarchiste et antimilitariste. Il s’intéresse au mouvement futuriste, aux peintres Marinetti et Severini et publie le 13 juillet 1913 son « Manifeste futuriste à Montmartre », antipasséiste et  moderniste : « Il faut détruire Montmartre et dégager toute la beauté neuve des constructions géométriques, des gares, des appareils électriques, des aéroplanes. »Il peint des toiles aux noms évocateurs, associés à la vitesse et au monde moderne : « Le métro », « Le boulevard », « Cahots de l'automobile » et « Le Port », ainsi que des portraits.

La Première Guerre mondiale interrompt ses recherches et l’artiste s’essaie à la caricature politique, où il exprime jusqu'en 1923 ses convictions socialistes dans des revues satiriques. 

Del Marle s’associe au groupe De Stijl et met en pratique les principes de la composition néo-plastique définis par Mondrian : primauté des lignes verticales et horizontales, couleurs pures en aplats. 

Travaillant entre Paris et Lille, il expérimente différents matériaux et supports : huile sur toile, encre de Chine, pastel sur papier, mine de plomb sur calque. Parmi les plus célèbres de ses réalisations de l'époque, on trouve la série des « Rythmes marins », des « Bleus mouvants » ou des « Contrastes gothiques » (1925). 

A partir de 1940, Del Marle revient s'installer à Pont-sur-Sambre, en pleine zone occupée. Il s’intéresse au surréalisme qui exprime un idéal de liberté face au fascisme et au stalinisme. Il peint entre autre « La femme arbre » et « L'homme arbre ».  

En 1945, il revient vers l’abstraction et est l'un des fondateurs du Salon des réalités nouvelles (1946).

32 avenue Marceau
75008 Paris

+33 (0)1 42 61 42 10
+33 (0)6 07 88 75 84

contact@galeriearyjan.com

Demande d'informations >
Galerie Ary Jan - 32 avenue Marceau, 75008 Paris, France - Tel: +33 (0)1 42 61 42 10 - Mobile: +33 (0)6 07 88 75 84 - contact@galeriearyjan.com - Plan du site