Fermer

Hippolyte Lazerges

Devant le café maure, Alger

Huile sur toile signée, datée et située Alger 1882 en bas à droite

65 x 46,7 cm cm

Pour une demande d'informations, remplissez le formulaire suivant.

* Champs obligatoires

[Fermer]
Devant le café maure, Alger
Huile sur toile signée, datée et située alger 1882 en bas à droite
65 x 46,7 cm

32 avenue Marceau
75008 Paris

+33 (0)1 42 61 42 10
+33 (0)6 07 88 75 84

contact@galeriearyjan.com

Biographie de Hippolyte Lazerges

Figure incontournable de l'école orientaliste algérienne, Hippolyte Lazerges quitte Narbonne à l’âge de treize ans, pour s'installer à Alger avec son père. Dès l'enfance, il fait  preuve d'une observation exceptionnelle et d'un goût très prononcé pour le dessin.  En 1838 Lazerges doit satisfaire la conscription militaire et se rend en France. À peine un mois  après son incorporation, il est réformé et contre l'avis de son père il s'installe à Paris. Il fréquente l'atelier du sculpteur David d'Angers, où il progresse rapidement, ce qui confirme ses aptitudes artistiques. Il intègre ensuite l'atelier du peintre François Bouchot jusqu'en 1843. Durant ses années d'apprentissages, il envoie pour la première fois en 1840, un portrait au Salon des Artistes Français.

Personnalité sensible et  fragile, il se  tourne vers la peinture religieuse, exprimant ainsi tout son talent. Très peu soutenu par sa famille, il connaît la pauvreté qui le conduit à réaliser des commandes pour l'Etat: « Stabat Mater » à la Sorbonne, Paris ; « Jésus dans les Limbes », Cathédrale de Narbonne. Il n'envoie au Salon que des peintures traitant de  thème religieux jusqu'en 1861, année où il présente  pour la première fois des peintures orientalistes: « Kabyles moissonnant  dans la plaine de Mitidja » et «  la danse des Aisouas ». Cela coïncide avec son retour définitif en Algérie  pour des raisons de santé.

Amoureux de l'Algérie, il  ressent l'enivrement devant des horizons aussi vastes, des couleurs aussi fortes. Alger, ses rues, son peuple et ses paysages mauresques  sont  les  sujets essentiels  de sa  peinture. Entre 1876 et 1886 il enverra au Salon  plusieurs tableaux représentant des scènes de vie en Algérie.En 1879 est présentée au Salon « Le derouich  du café mohamed Chérif » une œuvre authentiquement attachante et d'une parfaite justesse, propice au songe et au dépaysement.

Il devient une personnalité importante de la vie artistique local, et est considéré comme le fondateur de l'école orientaliste d'Alger au XIXème siècle avec Joseph Sintés et Alfred Chataud.Les œuvres de Lazerges sont présentes  dans de très nombreux musées en France ainsi  qu'au Musée National des Beaux Arts d'Alger. Il produira de nombreuses lithographies dont «  un prisonnier arabe »  reproduit dans le journal des Artistes en 1846. Alexandre Dumas fils,  lui  demande une illustration pour son livre L'Affaire Clemenceau, Mémoire de l'accusé (1866). Artiste complet, il publie des  brochures sur l'Ecole des Beaux Arts de Paris et sur les Expositions  Officielles, et  musicien accompli, il compose même ses propres mélodies.

Galerie Ary Jan - 32 avenue Marceau, 75008 Paris, France - Tel: +33 (0)1 42 61 42 10 - Mobile: +33 (0)6 07 88 75 84 - contact@galeriearyjan.com - Plan du site