Fermer

Anatolio Scifoni 

Cléopatre et la diseuse de bonne aventure

76,6 x 110,5 cm

Pour une demande d'informations, remplissez le formulaire suivant.

* Champs obligatoires

[Fermer]

Anatolio Scifoni 
1841-1884

La jeune Cléopâtre et la divinatrice
Huile sur toile signée, située et datée Roma 1870 en bas à gauche 
76,6 x 110,5 cm
Avec cadre 105 x 138,5 cm
Demande d'informations >
Biographie de l'artiste >
Description de l'oeuvre >

Description de l'oeuvre

Notre tableau a été présenté en 1870 à l’exposition de la Société d’Amateurs de Culture de Rome sous le titre Cleopatra giovinetta consultae un'indovina (La jeune Cléopâtre consulte une divinatrice). Elle est le reflet de l’épanouissement du peintre dans le style néo-pompéien et de l’influence de l’égyptomanie sur les artistes de la deuxième partie du XIXème siècle. Au cœur d’un palais aux murs richement décorés, assise sur un trône damassé à tête de lion, Cléopâtre écoute avec attention les prédictions d’une divinatrice. Aux pieds de la reine et devant la statue protectrice du dieu Rê, la vieille femme interprète les signes qu’elle a lus dans les astres. Dans l’Egypte antique la divination est une pratique usuelle. Alliant mathématiques, science et religion, les prédictions rythment alors la vie des individus et de la cité. Magicienne et protectrice des pharaons, la déesse Isis surplombe la pièce, veillant sur la jeune reine. Le panthéon égyptien est omniprésent dans tous les éléments de ce tableau. On distingue des statuettes de différents dieux : Osiris, Bastet, Hathor, Thot, Horus, ou encore Isis ainsi que des représentations iconographiques sur les murs de la pièce. 

Une atmosphère mystique et quelque peu mystérieuse se dégage de l’œuvre. Le foisonnement des couleurs et des détails nous plonge dans l’intimité et la légende de la reine égyptienne. Anatolio Scifoni signe ici, une œuvre d’une grande qualité et d’une grande précision. 

Biographie de Anatolio Scifoni 

Peintre italien, Anatolio Scifoni est né en 1841 à Florence. Fils du poète Luigi Scifoni et de la peintre Ida Botti Scifoni, le jeune garçon grandit dans un univers d’intellectuels et d’artistes. Ida Botti est reconnue pour ses peintures de paysage et de portrait et sera professeur de peinture de la princesse Mathilde Bonaparte, nièce de Napoléon Ier.

Le jeune Anatolio débute son apprentissage à l’académie Albertina de Turin puis fréquente l’Institut des Beaux-Arts de Moscou, avant de perfectionner sa technique à Paris puis à Rome. Il se lie d’amitié avec le peintre Lorenzo Delleani lors de ses séjours à Turin. De 1860 à 1866, il présente au Salon de Turin des scènes de genre remarquées qui lui apportent ses premiers succès. Il s’établit définitivement à Rome en 1870 où il change de style et adopte une peinture « archéologique ». Fortement influencé par le passé antique de la péninsule, il se rend durant plusieurs mois dans les ruines de Pompéi. Dès lors, sa production se peuple de femme en toges, de scènes de genre, dans un goût à l’antique alliant justesse et finesse. Ses œuvres lumineuses sont très appréciées. Il expose avec succès à Paris et Rome, mais aussi à Londres, Vienne et Philadelphie. 

Ses connaissances avec la famille royale lui permettent d’obtenir des commandes de la part de la cour et de s’imposer dans le paysage artistique de la capitale. Une position qui lui permettra de devenir chevalier de l’Ordre de la couronne d’Italie, récompense créée en 1868 par le roi Victor-Emmanuel II.

Oeuvres similaires

Newsletter

Si vous souhaitez recevoir notre newsletter, veuillez saisir votre adresse email ci-dessous.

Ok
Galerie Ary Jan - 32 avenue Marceau, 75008 Paris, France - Tel: +33 (0)1 42 61 42 10 - Mobile: +33 (0)6 07 88 75 84 - contact@galeriearyjan.com - Plan du site - Mentions légales