Fermer

Leonard Sarluis 

Pour une demande d'informations, remplissez le formulaire suivant.

* Champs obligatoires

[Fermer]

Leonard Sarluis 

Aucune oeuvre ne correspond

Biographie de Leonard Sarluis  ( 1874-1949 )

Salomon Léon Sarluis est né à La Haye où son père tenait sur Spuistraat une boutique d’antiquités très réputée pour sa beauté et la qualité des objets qu’il y vendait. De santé fragile, le jeune garçon est élevé chez lui et s’éveille à l’art très tôt du fait de l’activité familiale. Dès l’âge de treize ans, le dessin s’impose à Sarluis comme un exutoire nécessaire à son imagination débordante. 

Après des études financières qui tournent court à Hanovre, le jeune homme entre à l’académie des beaux-arts de La Haye où il reçoit une formation artistique entre 1891 et 1893. Au cours de ces années, il commence à utiliser le nom de « Léonard » en hommage à Léonard de Vinci. A 18 ans, il a déjà son propre atelier et réalise un tableau monumental de huit mètres sur trois, de style néo-byzantin qui ornera les murs du château d’un prince russe en Ukraine avant d’être détruit par la révolution bolchevique. 

Il expose pour la première fois à La Haye en 1894, et obtient de la part de la critique un accueil très favorable qui salue l’arrivée de ce jeune prodige dans le monde de l’art. Évidemment, ses œuvres monumentales aux sujets mythologiques peuplés d’hommes nus sont bien loin des paysages de ses contemporains Joseph Israël ou Hendrik Mesdag. Mais le jeune homme est déjà conquis par les idées du mouvement symboliste et bien que certains critiques pensent que Sarluis ne sera jamais plus qu’un peintre de décoration, lors de l’exposition de Rotterdam de 1895, le peintre impressionniste G.H. Breitner le salue comme le nouveau Rubens, par la force de ses anatomies et l’éclat de sa palette.

À partir de 1894, Sarluis se rend régulièrement à Paris où il poursuit sa formation artistique. Il s’y installe définitivement en 1904. Ses fréquents voyages entre Paris et La Haye lui permettent de se lier d’amitié avec de nombreux artistes néerlandais alors actifs à Paris dont les peintres symbolistes Georges de Feure et Peter Cornelis De Moor, ainsi que le nabi Jan Verkade. 

Dès 1896, Sarluis fréquente le milieu d’avant-garde parisien. Il est très proche de Jean Lorrain qui le décrit comme ayant « le sourire d’une Vinci, les yeux de Donna Ligeia, le cou de la Beatrice de Dante Gabriel Rossetti et le talent de Michel-Ange ». 

La description de cette beauté fascinante peut également être comparée à la production artistique de Sarluis, profondément influencée par la Renaissance italienne et le mouvement des préraphaélistes anglais.

Artiste particulièrement mystique, il écrit un recueil de poèmes sous le titre « Hommes ! Voici le Messie », préfacé par son ami écrivain et journaliste Ernest La Jeunesse et publié en 1898. Il expose régulièrement au Salon à Paris et également au Salon de la Rose Croix aux côtés d’Armand Point avec lequel il crée l’affiche de la cinquième édition en 1896. Ils y représentent l’Idéal sous les traits de Persée tenant la tête d’une gorgone qui revêt les traits d’Émile Zola, mettant ainsi en avant l’affrontement entre le naturalisme de Zola et les idées du mouvement symboliste. 

Devenu une figure incontournable de la vie parisienne artistique, Leonard Sarluis expose à la galerie Georges Petit où ses œuvres sont particulièrement remarquées par Puvis de Chavanne. En 1919, il obtient la nationalité française et expose à la Galerie Bernheim qui le met à l’honneur avec une exposition personnelle. En 1923, il illustre le livre de Gaston Pavloski « Voyage au pays de la quatrième dimension » ouvrage qui a fortement inspiré l’œuvre de Marcel Duchamp « La mariée mise à nu par ses célibataires » aujourd’hui conservée au Musée des Beaux-Arts de Philadelphie.  

Durant plus de quatre ans, Sarluis réalise 360 tableaux rassemblés autour du titre « Interprétation mystique de la Bible » qui seront exposés à Londres en 1928 à la Galerie Grafton. À la même période, il travaille également à la réalisation de décors pour le cinéma.

Newsletter

Si vous souhaitez recevoir notre newsletter, veuillez saisir votre adresse email ci-dessous.

Ok
Galerie Ary Jan - 32 avenue Marceau, 75008 Paris, France - Tel: +33 (0)1 42 61 42 10 - Mobile: +33 (0)6 07 88 75 84 - contact@galeriearyjan.com - Plan du site - Mentions légales